Les Bols chantants Tibétains

Catégories : Approfondir

Première approche vidéo

Extrait de l'émission "Comment ça va bien?" sur France 3

                                      

L'origine des bols chantants

Beaucoup d'hypothèses ont été avancées concernant l'origine des bols chantants tibétains.

Certains prétendent qu'ils n'ont jamais été autre chose que des objets de la vie quotidienne.

D'autres affirment qu'à l'époque pré-bouddhique, ils étaient employés à des fins magico-religieuses par les chamanes de peuples himalayens, les Bon Po.

 

  

On peut imaginer que leur usage actuel au Népal comme cadeaux de mariage ou comme plat, par les femmes enceintes est le résidu de pratiques chamaniques aujourd'hui oubliées.

Ce qui est certain, c'est qu'à travers l'Asie, les bols chantants comme d'autres instruments en bronze (gongs, cymbales...) sont, depuis des temps reculés, employés dans la musique cérémonielle et profane.

Les Bouddhistes continuent de les utiliser pour ponctuer le début et la fin des temps de prière.

 

 

L'arrivée des bols chantants en Occident remonte aux années 1960. Ils ont su depuis trouver une place prépondérante dans la pratique de la méditation d'abord, puis dans de multiples domaines.

Domaines d'application

Rares sont ceux qui n'en ont jamais entendu parler. Encore plus rares ceux qui, en ayant déjà fait l'expérience, ne leur reconnaissent pas un puissant pouvoir d'action sur le corps et l'esprit. Il ne s'agit pas d'« y croire » ou non : les bols chantants ont sur nous un effet inégalable. 

 

 

La Méditation


L'usage des bols chantants pour la méditation est aujourd'hui largement répandu. Pour ceux qui ne les auraient pas encore adoptés, voici quelques conseils.

  • Posez-vous dans un lieu calme, installez-vous confortablement.
  • Fermez les yeux quelques instants avant de commencer à jouer.
  • Le mouvement de la main qui parcourt régulièrement l'arête du bol suspend toute agitation dans le corps.

Tandis que le son gagne en amplitude, vous entendez s'élever au-dessus de la fondamentale un faisceau d'harmoniques innombrables.

Il ne faut pas longtemps au chant du bol pour instaurer chez l'auditeur des états de conscience altérés, si toutefois il daigne s'abandonner. En certaines occasions, l'abandon est si complet que l'intuition du temps et de l'espace se dissout, nous vivons dans le son et le son vit en nous.


Les effets conjoints du geste, du son et de la vibration ressentie améliorent la fixation de l'attention et aident à atteindre un état de détente plus rapide et plus profond. Cette pratique s'adresse donc particulièrement à tous ceux qui éprouvent des difficultés à faire le vide en eux.


La Sonothérapie

La puissance sonore des bols chantants est indiscutable.

On peut en jouer à un moment de la journée pendant quelques minutes et se nourrir, puiser loin de la rumeur du monde des forces nouvelles dans leur son. 
Dans le cadre d'une démarche plus élaborée, on emploiera les bols chantants en sonothérapie.

Non seulement, le chant du bol parvient à nos oreilles et nous révèle un monde de sensations insoupçonnées et bienfaisantes.

Mais, sur le plan physique, le mouvement oscillatoire produit par le bol posé sur notre ventre ou notre poitrine est ensuite propagée par le système osseux à tout le corps.

L'eau, constituant essentiel du corps, est elle aussi mise en vibration par les ondes du bol qui se transmettent ainsi à toutes les cellules. Et si l'on admet qu'il existe entre les problèmes somatiques et psychiques un principe d'influence réciproque, on conclura alors au potentiel curatif des bols chantants sur les tensions et blocages qui entravent notre esprit.

C'est pourquoi un grand nombre de thérapeutes intègrent l'utilisation du bol chantant à leurs pratiques, telles la psychanalyse ou l'aromathérapie.

 

L'harmonisation des chakras

Dans une perspective voisine, les bols chantants servent à équilibrer les chakras, en venant briser les masses d'énergies négatives accumulées. 
La puissance vibratoire des bols a une incidence incontestable sur l'harmonie énergétique globale de l'individu.

Mais il faut noter toutefois que les bols tibétains, à la différence des bols en cristal, n'appartiennent pas acoustiquement au système qui caractérise la musique occidentale.

Jamais on ne peut faire correspondre le son d'un bol avec une note précise de la gamme. C'est au contraire comme si plusieurs notes étaient harmonieusement entremêlées, on parle dans ce cas d'instruments multiphoniques.

Un musicien très expérimenté pourra certes faire sonner une des hauteurs tonales en particulier et ainsi focaliser l'effet des vibrations sur un des chakras. Mais ce procédé, qui vise les mêmes résultats que ceux que l'on obtient avec les bols en cristal, exige entraînement et dextérité.

Quoi qu'il en soit, apprivoiser le pouvoir des bols, c'est développer considérablement l'audition et l'écoute de soi, domaines qui correspondent au cinquième chakra, le chakra de la gorge. Et l'on sait que son épanouissement doit faire croître en nous la créativité, la simplicité, l'humilité.

 

La Purification

Les peuples asiatiques tiennent leurs techniques de purification de l'environnement pour un élément essentiel de leur façon d'habiter le monde. L'utilisation d'objets sonores est à cet égard un moyen privilégié.

Souvent disposés près du vestibule, les bols tibétains sont réputés pour permettre d'harmoniser les énergies dans une maison.

Leur pouvoir de purification vous servira également à rehausser le taux vibratoire des liquides (eau, vin, huiles) et des aliments.
Ajoutons que les bols sont particulièrement prisés par les spécialistes en lithothérapie qui y voient un moyen de reconstituer le charge énergétique des pierres précieuses qui à la fin d'une séance auront emmagasiné les énergies négatives du patient.


La Musique

Nous l'avons vu, les bols tibétains appartiennent à la catégorie des instruments multiphoniques.

Ils produisent un son qui tranche nettement avec nos habitudes d'auditeurs seulement accoutumés à la musique occidentale. Mais c'est justement ce qui suscitera l'intérêt des musiciens en quête de sonorités nouvelles. 
Beaucoup d'enseignants ont en outre constaté que dans une salle de classe le son des bols calmait les enfants et les ramenait à plus de concentration. 

 

Bols chantants : Mode d'emploi

Faut-il tenir ou poser le bol ?
Une fois que vous aurez trouvé un lieu adéquat, il reste à savoir si vous devez tenir ou poser le bol. La taille et le poids du bol sont les éléments décisifs. 
Certains bols sont trop massifs pour être portés. Il faut alors les poser sur une table ou à même le sol. Si la surface est trop dure, mieux vaut l'installer sur un coussin ou un tissu pour empêcher tout frottement. 
Les bols de plus petite taille peuvent être tenus. A plat dans la paume de votre main non-dominante (la main gauche pour un droitier), prenez le bol, tenez-le au niveau du cœur, du plexus solaire ou du ventre et voyez ce que vous ressentez.

Pour les instruments les plus petits, poser le bol sur le bout de vos doigts tendus peut être une technique alternative. Dans tous les cas, ce qui importe avant tout c'est d'éviter de toucher les parois du bol, cela étoufferait la résonance.

Plus de conseils en vidéo par ici : www.jokat.net/blog/comment-faire-chanter-un-bol-tibetain


Techniques d'utilisation 

Véritables instruments de musique, les bols tibétains sont utilisés selon plusieurs techniques.

  • Jouer en frappant

Vous pouvez tout d'abord vous contenter de frapper le bol à l'aide d'une mailloche et d'attendre que le son se dissipe, à la manière dont on joue d'un gong. Même si cette technique requiert un minimum d'entraînement, c'est la plus facile à maîtriser. Elle est donc à recommandée aux débutants.

  • Jouer en frottant

La façon la plus courante de jouer d'un bol tibétain consiste à frotter l'arête avec un maillet. Il faut veiller à ce que le maillet reste en permanence en contact avec le métal du bol, à ce que la pression soit constante et la vitesse de mouvement régulière.

Si le chant n'est pas uniforme mais saccadé ou qu'une sorte de grincement se fait entendre, c'est que vous êtes « en avance » sur l'onde sonore qui circule sur les parois du bol. Il vaut alors mieux ralentir le mouvement et corriger l'angle que font le maillet et le bord. 
Il est possible, mais pas indispensable, de débuter par un léger coup de maillet donné sur le corps du bol. Avant que le son ne s'évanouisse tout à fait, essayez de saisir la vague sonore et de l'apprivoiser, de l'amplifier au moyen du maillet.

  •   Maillets et mailloches

Comme nous l'avons vu la mailloche, baguette de bois coiffée d'une rondelle de feutre, sert à frapper le bol comme une cloche, et le maillet à frotter.

Le choix du type de maillet aura une influence sur le son, si le bois est recouvert de cuir le son sera plus grave.

L'épaisseur de l'étoffe doit être proportionnée aux dimensions du bol, sans quoi on obtient des sonorités disharmoniques.

Pour les mêmes raisons, plus le bol est lourd plus le maillet devra être massif. C'est pourquoi il est fondamental à partir de 1,5kg de s'équiper d'un gros bâton gainé de cuir.  
Notez enfin que certains maillets en bois sont initialement lisses. Mais au fil du temps, des micro-rainures vont se dessiner qui vous assureront une prise plus confortable.

  • Jouer en amplifiant le son avec la bouche 

La technique dite de «ululement» s'adresse aux utilisateurs déjà expérimentés. Elle consiste à obtenir normalement une vibration du bol avec le maillet. Mais à ce moment, on cesse de tourner, baisse le maillet, on ouvre grand la bouche et on rapproche l'arête du bol à environ trois centimètres.

La bouche va s'ouvrir et se fermer, comme pour prononcer le son « wa, wa, wa », et le son des bols va venir rebondir contre les parois de la cavité buccale. La sensation est indéfinissable alors que le son entre et sort de notre bouche sans sollicitation des cordes vocales.

  •  Jouer en versant de l'eau au fond du bol

Remplissez le fond du bol d'environ 8 centimètres d'eau en veillant à ne pas mouiller l'arête. Faites chanter le bol en utilisant la technique de frottement. Vous verrez à mesure que le son s'élève, l'eau commencer à frémir.


Comment choisir son bol ?

Le choix d'un bol est une étape importante. Il est bon d'avoir au préalable déterminé à quelles hauteurs de fréquences vous êtes particulièrement sensibles et de savoir à quels types d'usages vous destinez votre bol. Ceci étant fait, il vous restera à prendre en compte certains paramètres.

Voici nos conseils pour le choix de votre bol en vidéowww.jokat.net/blog/-video-comment-bien-choisir-son-bol-tibetain

 

  • La taille du bol

Les grands bols (plus de 25 cm de diamètre) délivrent des vibrations lentes et profondes qui apaisent instantanément. Leur puissance garantit un effet maximal. Ils sont donc parfaits pour des recherches poussées dans le cadre de pratiques telles que la méditation ou la sonothérapie.
Les bols de taille moyenne (12 à 25 cm de diamètre) offrent le meilleur équilibre entre sonorités aiguës et graves et tiennent facilement dans la main, ce qui vous laisse une totale liberté de mouvement.
Les petits bols (moins de 12 cm de diamètre) produisent les sons les plus aigus et présentent l'avantage d'être pratique à transporter. Ils peuvent comme les bols moyens être placés directement sur différentes parties du corps pour un massage sonore.

  • L'épaisseur des parois

L'épaisseur influe énormément sur les caractéristiques sonores du bol.

Plus la paroi est épaisse, avec par exemple les « thick bowls » ou les bols à double paroi, plus le son sera haut et durable et plus la note fondamentale aura de présence.

A l'inverse, des parois plus fines rendront un son plus profond et laisseront davantage les harmoniques s'épanouir.

  • L'alliage

Le rendu d'un bol dépend largement de la composition de l'alliage qui le constitue. Traditionnellement, les bols chantants était produits à partir du mélange de sept métaux : l'or, l'argent, le mercure, le cuivre, le fer, l'étain et le plomb.

On admettait une correspondance entre ces métaux et les astres connus à l'époque.

  • Or : Soleil
  • Argent : Lune
  • Fer : Mars
  • Mercure : Mercure
  • Étain : Jupiter
  • Cuivre : Vénus
  • Plomb : Saturne

Ces métaux se retrouvent selon les lieux et les époques en différentes proportions. Un bol ancien aura tendance à être moins épais, plus riche en or et en argent et le son s'en ressentira.

Dans les bols produits aujourd'hui de manière artisanale, le cuivre et le zinc dominent et on leur adjoint un alliage préalablement constitué de 5 autres métaux : fer, étain, platine, or, argent.
Par contre, la plupart des bols issus de procédés de fabrication industriels sont constitués d'un alliage moins complexe, souvent constitués de cuivre, étain et de  fer. 

  • La forme

On trouve des bols de différentes formes. Leur fond peut-être large ou étroit et leurs parois seront en conséquence droites ou bombées. Certains bols possèdent à leur base un socle fait du même alliage. La forme aura une incidence moins déterminante que les autres traits sur le son d'un bol.

  • Les qualités esthétiques

Les bols artisanaux et a fortiori les bols anciens présentent plusieurs caractéristiques. Leur couleur est dorée et mate, leurs parois portent la trace des coups de marteau du ferronnier et comptent pour toute décoration des motifs géométriques rares et d'une grande simplicité ou simplement la signature de l'artiste. 
Les bols moulés eux sont presque toujours ornés de motifs raffinés, leur teinte est d'un doré plus brillant et leurs bords sont parfaitement lisses. 
On trouve aussi des bols dont la surface n'est pas ou pas totalement polie, ce qui leur donne une teinte noire qui contraste avec le doré.


Notre philosophie

Notre passion pour les bols chantants remonte à une quinzaine d'années, dans les années 2000.

La découverte a eu lieu en France mais dès le départ il a été évident que pour vendre les meilleurs produits, il fallait aller les chercher à la source.

Voici donc 15 ans que nous nous rendons très régulièrement en Inde et au Népal pour rencontrer les producteurs, mieux connaître leur travail et tisser avec eux des liens durables. 
Il faut reconnaître que comme dans tous les domaines l'engouement du public amène sur le marché des produits de moindre qualité.

On trouve actuellement dans le commerce des bols qui sortent d'usines indiennes ou chinoises et qui malgré un aspect impeccable sont loin de sonner aussi bien que des bols traditionnels. 
Ce que notre expérience vous garantit, c'est d'acquérir un bol forgé par les meilleures spécialistes, sur des sites que nous avons visités et contrôlés ou pour les objets anciens, un bol récolté par nos intermédiaires locaux.

Vous trouverez dans notre catalogue des bols d'une grande variété (thick bowl, bol assiette, bol à double paroi, bols noirs...) qui proviennent de différentes régions (Népal, Orissa, Bengale, Bihar) mais chacun aura été sélectionné sur son lieu de production et méticuleusement examiné par nos soins. C'est pour vous l'assurance d'avoir à l'arrivée un objet de très haute qualité.

Articles en relation